Décryptage : le fonctionnement des alarmes à incendie

Les alarmes à incendie jouent un rôle clé dans la sécurité des individus et des sites ou établissements. Leur présence permet de détecter rapidement les départs de feu et d’alerter les personnes concernées pour évacuer les lieux. Comprendre comment fonctionne une alarme à incendie est essentiel pour mieux appréhender son utilité et ses performances. Dans cet article, nous vous proposons de décortiquer le mécanisme des alarmes à incendie.

Les différents types d’alarmes à incendie

On distingue deux grandes familles d’alarmes à incendie :

  • Les détecteurs autonomes avertisseurs de fumée (DAAF) : Ils sont généralement utilisés dans les logements individuels et fonctionnent de manière indépendante. Ils détectent la fumée grâce à un capteur optique et émettent un signal sonore pour alerter les occupants en cas de détection d’un départ de feu.
  • Les systèmes de sécurité incendie (SSI) : Ils sont réservés aux établissements recevant du public (ERP) et aux immeubles de grande hauteur (IGH). Ces installations comprennent plusieurs éléments, tels que des détecteurs de fumée, de chaleur ou de gaz, des déclencheurs manuels ainsi qu’une centrale de commande qui va traiter l’information et activer les signaux d’évacuation.

Le fonctionnement des détecteurs autonomes avertisseurs de fumée (DAAF)

La détection de la fumée

Les DAAF utilisent un capteur optique pour détecter la présence de fumée dans l’air. Ce capteur est composé d’une chambre de détection et d’une source lumineuse, souvent une diode électroluminescente (LED). Lorsque la fumée pénètre dans la chambre de détection, elle perturbe le faisceau lumineux émis par la LED. Cette perturbation est alors captée par une cellule photoélectrique qui génère un signal électrique.

L’activation de l’alarme sonore

Dès que le signal électrique dépasse un certain seuil préétabli, l’alarme se déclenche et émet un signal sonore puissant (85 dB minimum) pour alerter les occupants du logement. La plupart des DAAF sont alimentés par des piles avec une autonomie de plusieurs années. Il est cependant recommandé de vérifier régulièrement leur bon fonctionnement en appuyant sur le bouton test présent sur chaque appareil.

Lire:  Protégez vos fenêtres du rez-de-chaussée contre les cambrioleurs : voici comment faire

Le fonctionnement des systèmes de sécurité incendie (SSI)

Les différents éléments d’un SSI

Un système de sécurité incendie comprend plusieurs éléments :

  • Les détecteurs : Ils peuvent être de différents types selon leur technologie de détection (fumée, chaleur, gaz). Leur rôle est de détecter rapidement un départ de feu et de transmettre l’information à la centrale de commande.
  • Les déclencheurs manuels : Ils permettent aux personnes de signaler un incendie en cas de détection visuelle d’un départ de feu. Une fois actionnés, ils envoient également un signal à la centrale de commande.
  • La centrale de commande : Elle reçoit les informations des détecteurs et des déclencheurs manuels, traite ces données et déclenche les actions appropriées (alarme sonore, évacuation, mise en œuvre des moyens de secours).
  • Les équipements d’évacuation : Il s’agit principalement des avertisseurs sonores et des dispositifs de guidage lumineux pour faciliter l’évacuation des occupants du site ou de l’établissement concerné.

Le traitement de l’information par la centrale de commande

La centrale de commande d’un SSI est le « cerveau » du système. Elle reçoit en temps réel les signaux émis par les détecteurs et les déclencheurs manuels. Selon la nature et l’intensité du signal reçu, elle va déterminer le niveau d’alerte et activer les équipements d’évacuation correspondants. Par exemple, si plusieurs détecteurs signalent un départ de feu dans une même zone, la centrale peut déduire qu’il s’agit d’un incendie majeur et déclencher une alarme générale pour l’évacuation de l’ensemble du site ou de l’établissement.

Les niveaux d’alerte et les scénarios d’évacuation

En fonction des spécificités du site ou de l’établissement, un SSI peut être paramétré pour gérer plusieurs niveaux d’alerte et déclencher différents scénarios d’évacuation. Par exemple :

  1. Niveau 1 : Un départ de feu est détecté dans une zone isolée. La centrale active uniquement les avertisseurs sonores de cette zone et envoie une alerte aux personnes responsables de la sécurité sur place.
  2. Niveau 2 : Plusieurs départs de feu sont détectés simultanément dans différentes zones. La centrale déclenche une alarme générale et active tous les équipements d’évacuation disponibles (avertisseurs sonores, guidage lumineux).
  3. Niveau 3 : En plus des signaux reçus des détecteurs, un déclencheur manuel est actionné. La centrale considère qu’il s’agit d’un incendie majeur et déclenche une évacuation générale, tout en alertant les services de secours externes (pompiers, SAMU, etc.).

Pour garantir une meilleure protection des individus et des biens, il est essentiel de bien choisir le type d’alarme à incendie adapté à chaque situation et de veiller à son bon entretien régulier.

Affaire Matériaux

Notre magazine d'information dédié aux particuliers et professionnels pour la rénovation de la maison.